Catégories
revêtement de sol

Conseils pratiques pour rénover les joints de carrelage

Au sol comme au mur, les joints de carrelage sont exposés aux chocs et aux éclaboussures, surtout dans la salle de bains et dans la cuisine. Lorsque ces joints sont ternes, l’aspect du carrelage devient moins esthétique. La solution ? Pensez à les rénover. Voici quelques conseils pratiques pour un résultat impeccable.

Nettoyer et gratter les joints de carrelage

Les produits ménagers utilisés dans la cuisine s’associent au tartre pour former des dépôts de salissure qui évoluent en traces sombres sur les joints de carrelage. D’un autre côté, il y a l’humidité qui se transforme en moisissures. C’est l’épreuve du temps. Il existe différentes méthodes pour redonner aux joints toute leur esthétique et leur étanchéité. La plus simple est de les nettoyer et de les gratter. En effet, il suffit parfois de faire un nettoyage en profondeur pour redonner au carrelage son charme d’antan. Pour ce faire :

– Nettoyez efficacement les joints noircis à l’aide des produits d’usage quotidien (vinaigre, liquide vaisselle, eau de javel…) ou d’une formule spéciale. Éliminez au maximum toutes les traces de moisissures ou de salissures. Attendez le séchage complet avant d’entamer les travaux de rénovation. Le temps de nettoyage et les efforts nécessaires dépendent du niveau d’encrassement et de la méthode appliquée (nettoyage à l’aide d’un chiffon imbibé d’un produit, pulvérisation ou badigeonnage…). La solution la plus pratique et la plus efficace consiste à pulvériser un produit spécial anti-moisissures, puis à essuyer les joints à l’éponge après l’avoir laissé agir quelques minutes.

– Les anciens joints peuvent également s’effriter et présenter des creux. Dans ce cas, il faudra les gratter afin de recréer l’espace entre les carreaux, comme dans la pose de carrelage neuf. Retirez les joints abîmés le plus en profondeur possible. Selon la largeur des joints et la dureté du mortier mis en œuvre, le grattage s’effectue manuellement (à l’aide d’un grattoir à déjointer) ou de façon mécanique. L’outil le plus pratique pour effectuer cette opération est la meuleuse d’angle dotée d’un disque diamanté. Attention ! L’utilisation de cet outil agressif à grande vitesse de rotation exige une grande dextérité. N’oubliez pas de porter les accessoires nécessaires pour vous protéger des poussières et des éclats de carreaux. Privilégiez le grattoir électrique si la surface à rénover est importante. Après grattage, dépoussiérez les joints et la pièce. Nettoyez ensuite le carrelage avec une serpillière ou une éponge humide.

Jointer les carreaux

Dans certaines situations, il faut procéder au jointoiement global des carreaux. La solution la plus facile est d’utiliser une pâte à joint prête à l’emploi en tube. Pour réaliser l’opération, procédez comme suit :

– Positionnez le tube à la surface où se trouvent les joints à rénover ;

– Appliquez la pâte de façon uniforme, en exerçant une pression régulière sur le tube ;

– Retirez le surplus de pâte en utilisant une raclette ;

– Frottez bien la surface à l’aide d’une éponge.

Outre la pâte à joint, il est également possible d’utiliser un mortier de jointoiement en poudre de la couleur souhaitée. Dans ce cas, mélangez le mortier en poudre avec de l’eau dans un bac tout en respectant le dosage préconisé par le fabricant.

Le procédé est simple :

– Appliquez le joint directement sur les carreaux à l’aide d’une spatule ou d’une truelle ;

– Étalez le joint avec un platoir par des mouvements diagonaux pour combler toutes les surfaces ;

– Laissez le joint sécher quelques minutes et passez le platoir de nettoyage très doucement sur les surfaces traitées afin de retirer tous les résidus de joint ;

– Nettoyez l’excès de mortier avec une éponge imbibée d’eau claire et bien essorée. Utilisez un kit bac à joints, très pratique pour cette opération.

Catégories
revêtement de sol

Nos conseils pour réussir l’application de la résine sur un sol en carrelage

Le choix du revêtement de sol est une étape indispensable de la construction. Certains optent pour le parquet, tandis que d’autres penchent pour l’utilisation du carrelage. Pour ce second choix, il est possible d’optimiser la finition pour améliorer le style de la décoration. L’application de résine sur le carrelage du sol constitue une alternative pour renforcer le matériau de revêtement. Voici quelques conseils dont vous devez tenir compte pour réaliser ce type d’opération. Toutefois, il est avant tout préférable de donner quelques généralités sur la résine décorative.

La résine : qu’est-ce que c’est ?

La résine désigne une substance utilisée comme liant pour unifier différentes particules. Elle a une apparence similaire à celle de la colle, pourtant les fonctions ne sont pas les mêmes. Malgré son potentiel adhésif, la résine est un produit polymère qui sert souvent de base pour la fabrication d’objets. Elle peut également être utilisée comme matériau de finition comme les vernis ou les mousses de polymère. En effet, il est possible d’en recouvrir une surface pour optimiser la résistance du revêtement et pour améliorer l’esthétique. D’une part, la résine séchée contribue à l’unification et à la brillance de la surface sur laquelle elle est appliquée. Il est même possible de teindre la résine pour donner plus de couleur. D’autre part, l’application de la résine sur le sol protège le matériau de revêtement et renforce sa solidité. Cela évitera que votre carrelage ne se casse sous la pression d’objets lourds.

Les étapes pour appliquer de la résine sur du carrelage

Afin de maximiser le confort au sein d’une maison, il est possible d’engager des professionnels pour effectuer les travaux délicats. En ce qui concerne l’application de la résine sur le carrelage, l’opération est incluse dans la prestation si vous engagez un carreleur pour la pose des carreaux. Toutefois, il est possible de le faire vous-même. Voici comment vous devez procéder.

Le choix de la résine

Il existe divers types de résine sur le marché, et ce, en allant de la résine naturelle aux produits synthétiques. Pour une utilisation sur du carrelage, la résine époxy est la plus courante, car elle permet d’ajouter des couleurs à votre demeure. Même si ce n’est pas une substance naturelle, elle contribue grandement à la résistance de votre revêtement de sol. De plus, ce type de résine optimise la qualité antidérapante du carrelage. Toutefois, s’il s’agit d’une utilisation extérieure, la résine polyuréthane est plus appropriée, car elle peut résister aux différents changements de température.

La préparation de la résine

La résine pour le carrelage est composée de deux éléments fournis dans deux boîtes distinctes, dont l’une contient la résine et l’autre renferme un durcisseur. De ce fait, il faudra le mélanger pour obtenir le produit à appliquer. Pour ce faire, il est conseillé de recourir à une balance afin de respecter les doses précises. Utilisez un autre récipient pour faire le mélange et versez la résine en premier, selon la quantité dont vous avez besoin. Il est préférable de choisir un chiffre rond pour faciliter la précision du dosage. Vous devez ensuite calculer la quantité du durcisseur en vous référant à la notice d’utilisation. Mélangez ensuite le tout et remuez bien dans tous les sens pendant quelques minutes pour garantir l’homogénéité de votre résine. N’hésitez pas à ajouter la teinte de votre choix, si vous choisissez une option colorée.

La préparation de la surface

Il est impératif de bien nettoyer le carrelage de votre sol afin d’assurer la fixation de la résine. Il faut bien laver votre sol et ne pas hésiter à recourir à des produits pour un nettoyage en profondeur. Il est même possible de poncer le carrelage pour optimiser l’adhérence de la résine. Il faudra enfin rincer à l’eau claire et vérifier s’il y a encore des résidus de saleté. Notons que cette étape est indispensable, car les taches laissées sur les carreaux resteront gravées sur votre sol après l’application de la résine.

L’application proprement dite

Pour garantir la qualité de la réalisation, il est préférable de travailler à une température d’environ 20° C. Cette condition est indispensable pour éviter que votre résine sèche trop rapidement, sauf pour la résine polyuréthane. À l’aide d’un rouleau à mousse, vous devez alors appliquer votre produit en deux couches. La première constituera une protection pour le carrelage et la seconde couche consistera en une phase de finition qui optimisera la qualité esthétique. Notons qu’il est important de veiller à un temps de repos approprié entre les deux couches. Référez-vous à la notice d’utilisation pour connaître le délai convenant au produit utilisé.

Catégories
revêtement de sol

Pose de carrelage: pourquoi faire appel à un carreleur?

La pose de carrelage est un travail qui nécessite l’intervention d’un expert. Un carreleur prouvera ses expériences avec des travaux bien fait. Zoom sur le sujet dans cet article.

Tout savoir sur le métier de carreleur

Le carrelage permet aux murs, le sol et les façades d’avoir un aspect plutôt esthétique dans votre maison. La pose de carrelage est considérée comme une œuvre d’art puisque sa réalisation demande une certaine précision. Le carreleur devra faire preuve d’imagination dans ses ouvrages pour bien exécuter son travail qui est assez complexe. En effet, il doit avoir des compétences dans la conception d’un plan et d’un dessin pour le revêtement. Son intervention ne peut se faire qu’après le travail du maçon et du plâtrier. Son travail doit être synchronisé avec le plombier-chauffagiste et l’électricien. L’artisan va aller dans son atelier pour préparer les éléments à poser après les travaux de gros œuvre. Il prendra soin d’harmoniser les couleurs par rapport à celles de la maison. Le carreleur pourra conseiller les clients sur les matériaux, les formes et les couleurs adaptées à leur projet de construction.

Les qualités et les diplômes d’un carreleur

Un carreleur professionnel doit suivre plusieurs formations pour avoir les compétences requises pour exercer ce métier. En effet, il faut passer par trois niveaux de formation dont le premier exige l’obtention d’un diplôme de BTS en aménagement finition et de BMS en bâtiment. Ensuite, le deuxième niveau est la spécialisation en carrelage-mosaïque, le Bac pro et le BM pour terminer les niveaux.

Les différentes techniques de pose de carrelage

Il n’existe que deux techniques de pose qui sont la pose traditionnelle et la pose collée. La pose traditionnelle consiste à coller les carreaux sur une chape flottante. Après avoir séché, les carreaux sont scellés à la chape pour ajuster les imperfections du sol et carreler directement. Cette technique est destinée pour les carreaux de grandes dimensions. Par contre, on ne peut pas le faire sur les sols chauffants puisque la chaleur provoque la dilatation. Pour la pose collée, il s’agit de la technique la plus facile et on peut en citer, comme exemple, le carrelage clipsable : avec un support plat, il suffit d’y poser un mortier pour permettre l’installation du carreau et les coller avec un maillet.

Les différents types de carrelage

Le carreleur pourra vous exposer les types de carrelage qui existent et ce serait à vous de voir quel est le mieux adapté à votre construction. Néanmoins, nous vous en donnons ci-dessous quelques aperçus :

  • Les carrelage en pierres naturelles comme le granit ou le marbre : le premier est un matériau très résistant e qui résiste au temps tandis que le marbre possède plusieurs types de finitions.
  • Le carrelage en terre cuite : les carreaux sont fabriqués avec de l’argile rouge qui nécessite un entretien régulier avec de l’huile ou de la paraffine pour éviter qu’ils se patinent au fil du temps.
  • La faïence qui ne s’utilise que sur les surfaces verticales, comme celles de la cuisine ou de la salle de bain.

Bon à savoir

La pose de carrelage peut se faire sur les terrasses, les cuisines, les salles de bains, et même dans la piscine. En effet, le carreleur intervient tant à l’intérieur et qu’à l’extérieur des bâtiments. Son expérience et ses formations lui permettent de connaître les différentes poses et les types de carreaux. Il peut également s’occuper des réparations ou des changements de carreaux si c’est nécessaire. Avant d’effectuer les travaux, il doit faire une inspection des lieux pour pouvoir définir la pose adaptée à votre projet. Pour ce genre de travail, il faut toujours se fier à un professionnel de carrelage.

Catégories
revêtement de sol

Types de parquets : les 3 tendances de 2021

Des multitudes de beaux sont fabriquées à partir du bois. Le parquet en fait partie. Malgré le fait qu’il existe depuis le XVII ème siècle, le parquet s’adapte aux styles ainsi qu’aux changements temporels de chaque époque, pour rester tendance et durer dans le temps. En 2021, il existe 3 types de parquets attirant le regard des particuliers : le parquet massif, le flottant et le stratifié. Des revêtements de sol aussi atypiques les uns que les autres, mais qui peuvent redonner un nouveau souffle à votre intérieur.

 

Le parquet massif : noble et élégant

C’est un classique. Notez bien que 90 % des parquets massifs sont fabriqués avec du chêne. Ce parquet se reconnaît facilement grâce aux nœuds plus ou moins gros sur ses lames.

Il est à noter que les nœuds ainsi que les aubiers présents sur le parquet massif ne signifient aucunement que celui-ci est de mauvaise qualité. Au contraire, c’est cet aspect naturel qui plaît aux consommateurs.

Généralement, le parquet massif est installé dans les bibliothèques, les pièces à recevoir ou encore la cuisine. Aussi connu pour sa durée, il peut atteindre plus de 100 ans en étant mis en place et entretenu par un parquetier professionnel comme ADS PARQUETS.

Comment installer un parquet massif soi-même ?

Les parquets massifs se fixent au sol en les clouant ou en les collant. Voici les étapes à suivre :

  • Emboîtez les lames entre elles à chaque intersection avant de les clouer aux lambourdes ;
  • Posez la première rangée de lames en plaçant des cales tous les 30 cm ;
  • Enfoncez les clous dans la languette des lames avec un angle de 45° ;
  • Nettoyez la tête des clous afin d’empêcher l’emboîtement des lames ;
  • Utilisez une spatule et une colle adaptée à la position du parquet pour poser la première lame sur le tracé ;
  • Adhérez la colle en tapant dessus à l’aide d’un maillet.

Le parquet flottant : chaleureux et esthétique

Le parquet flottant se différencie des autres parquets par sa méthode de fixation. Son nom vient justement du fait qu’il est fixé indirectement au sol.

Ce parquet est idéal pour les appartements au centre-ville, car il apporte de la chaleur à son environnement. En plus, il participe grandement à la bonne isolation de la maison et vous apportera donc un confort supplémentaire. D’ailleurs, le parquet flottant est de plus en plus prisé des architectes d’intérieur pour la construction des maisons modernes.

Comment se fixe le parquet flottant ?

Contrairement au parquet massif, le parquet flottant se fixe à l’aide d’une couche collante. Afin d’obtenir une fixation optimale, suivez successivement les étapes ci-dessous :

  • Posez les polyanes et la sous-couche ;
  • Posez les lames du parquet dessus ;
  • Appliquez les finitions de la planche contrecollée à l’aide d’une plinthe et d’une barre de seuil.

Le parquet stratifié : chic et authentique

C’est une très bonne imitation d’un vrai parquet en bois.

Le parquet stratifié est un matériau en composite qui se colle au sol afin de donner l’effet d’un parquet flottant ou massif. Hormis le parquet massif et flottant, le stratifié réside dans le top 3 des revêtements de sol préférés des utilisateurs.