Catégories
fenêtres

5 astuces pour rénover des fenêtres anciennes

S’il y a une partie de votre maison qui ne cache pas l’usure de la manière la plus impeccable, ce sont bien les fenêtres.

Une bonne vitre doit être parfaitement claire, exempte de rayures et d’éraflures tout en pouvant s’ouvrir et se fermer facilement. Heureusement, cela ne veut pas dire que les anciens ensembles de fenêtres sont irréparables, et vous constaterez que la plupart des raccords peuvent être polis ou simplement remplacés.

En effet, plutôt que de dépenser des centaines d’euros pour remplacer les raccords existants, les propriétaires trouveront qu’il est beaucoup plus rentable de rénover les fenêtres, peut-être un nouveau cadre et un peu d’huile de coude. C’est une décision souvent prise par les propriétaires de vieilles maisons dont les fenêtres ont une valeur historique.

Cependant, si vous n’avez pas la fibre du bricolage, vous pouvez toujours vous tourner vers votre menuisier.

1. Nettoyage général

Alors que certaines fenêtres peuvent être nettoyées avec l’ancienne méthode de l’eau chaude mélangée à du détergent, il faut parfois un peu plus de soin pour enlever la dernière marque de la vitre. Éliminez par tous les moyens les amas de saleté et les toiles d’araignées avec une éponge imbibée d’eau, et envisagez un nettoyage plus léger pour éliminer les taches tenaces.

Le nettoyant pour vitres et le papier journal sont vos meilleurs amis ici, car l’utilisation de chiffons ou d’essuie-tout ne fera que rayer le verre. Avec une légère couche de votre produit, passez sur toute la fenêtre avec un mouvement circulaire. Frottez jusqu’à ce que toutes les taches à l’extérieur aient disparu.

La méthode peut également être efficace pour la restauration de vieilles portes en bois.

2. La buée

Vous pouvez commencer à nettoyer la vitre pour découvrir que votre vrai problème est la buée située à l’intérieur de celle-ci.

Retirez la vitre isolante et le joint autour du bord du panneau extérieur. Cela fournit une isolation et peut nécessiter une découpe si le raccord est ancien. Retirez cette bande du châssis et essuyez tous les côtés des deux vitres avec un nettoyant pour vitres et une poignée de papier journal. Une fois la buée éliminée, réinstallez la vitre et scellez le tout avec du calfeutrage en silicone.

3. Le Verre

Parfois, ce n’est pas un problème de propreté du verre, mais du nombre de pièces manquantes. Malheureusement, une vitre brisée signifie souvent un remplacement complet. Vous pouvez remplacer une vitre cassée en vous rendant dans une casse ou votre quincaillerie locale et en vous faisant couper une pièce suivant les dimensions que vous aurez fournies. En ce qui concerne l’installation, il est préférable de consulter les instructions du fabricant de fenêtres pour savoir comment ouvrir le cadre et installer une nouvelle vitre à l’intérieur.

Heureusement, certaines fenêtres ne sont pas une cause perdue, et le scellant en silicone étanche est parfait pour combler les petites fissures ou les petits trous. À l’aide du bord d’un couteau en plastique, lissez le scellant afin que le liquide pénètre directement dans l’espace et ne déborde pas.

4. Les cadres

Tout espace autour de l’extérieur du cadre de la fenêtre entraînera l’apparition d’humidité sur ses parois internes. Utilisez un bon scellant pour cadre afin de combler les fissures que vous voyez et essuyez autour du raccord lui-même avec un chiffon propre.

Dans certains cas, vous devrez peut-être sceller les espaces avec du mortier, ce qui peut être fait facilement avec une petite truelle ou un couteau de remplissage.

5. Isolation

Si une vieille fenêtre crée des problèmes à l’intérieur en laissant passer l’air, vous devriez chercher des moyens d’ajouter une isolation supplémentaire. L’une des méthodes les plus simples consiste à combler les lacunes dans l’enveloppe intérieure avec de la mousse rigide. De même, si le courant d’air vient entre l’ouvre-porte et le cadre, un joint d’étanchéité offrira une bonne résistance, mais veillez à ne pas aller trop loin, car cela pourrait tendre les raccords comme la poignée devant s’étirer pour se fermer.

Catégories
véranda

Guide d’entretien pour une véranda en bois

Techniques de nettoyage d’une véranda en bois

Au fil du temps, le bois risque de pourrir et de s’abîmer s’il n’est pas bien entretenu. Vous devez donc appliquer le traitement adéquat pour pouvoir jouir de votre véranda en bois durant des années. Si vous souhaitez par contre changer de style de véranda, contactez un professionnel en la matière comme CHABANON ALU, Clermont-l’Hérault. L’entreprise est notamment une spécialiste dans la pose de véranda.

  1. 1- Nettoyage de l’armature en bois :
  2. Nettoyer l’armature en bois de votre véranda à l’eau savonneuse ;
  3. Effectuer cette opération de nettoyage environ tous les 2 ans ;
  4. Protéger les parties exposées à l’extérieur avec une couche de lasure satinée ;
  5. Faire au préalable un léger égrenage des parties à teinter avec une éponge ou du papier à lustrer ;
  6. Appliquer une teinte à l’eau est aussi une autre alternative efficace.

1-2– Pour les différences de teinte apparente

  1. Passer une éponge abrasive au-dessus de la zone concernée afin d’égrener la surface ;
  2. Appliquer une couche fine de teinte dans le sens du fil du bois pour que tout soit homogène.

1-3- Pour les fissures :

Lutter contre l’apparition de fissures est presque impossible car le bois est un matériau vivant. La seule chose à faire est de colmater les écartements avec un produit adéquat.

Conseils pratiques :

  • Appliquer les teintes de protection lorsque la température est favorable (dans les limites indiquées pour le produit) ;
  • Utiliser un kit de teinte pour gagner du temps ;
  • Éviter de nettoyer les vérandas en bois avec des produits chimiques.

2- Nettoyage des coulures ou des grosses gouttes :

  1. Laisser couler les coulures durant au moins 3 mois avant de les nettoyer ;
  2. Laisser sécher jusqu’à ce qu’elles deviennent creuses ;
  3. Grattez-les ensuite avec une spatule.

3- Enlèvement des taches blanchâtres :

  1. Passer un chiffon doux imprégné d’essence F sur les taches ;
  2. Continuer jusqu’à ce que les traces disparaissent ;
  3. Laisser sécher à l’air libre.

4- Entretien d’un bois exotique

Le bois exotique est par définition imputrescible et résiste mieux à la saleté. Mais certains types de bois comme les chênes sont plus sensibles et ne supportent pas les conditions météorologiques rudes.

Procédé :

  1. Appliquer un traitement fongicide pour protéger la surface du bois contre les champignons ;
  2. Utiliser de la lasure et des peintures microporeuses pour protéger la surface du bois exotique ;
  3. Remplacer les couches de vernis tous les deux à trois ans.

Entretien des autres modèles de véranda

La véranda en aluminium

Particularité : matériau solide et discret.

  1. Pulvériser un produit nettoyant pour aluminium sur votre véranda ;
  2. Laissez agir durant 30 secondes ;
  3. Enlever les saletés avec une éponge ;
  4. Rincer la surface avec de l’eau claire.

La véranda en PVC

Particularité : matériau moins résistant aux aléas climatiques.

  1. Nettoyer l’armature en PVC avec une éponge imbibée d’eau savonneuse.

La véranda en fer forgé

Particularité : matériau sensible à la corrosion et à la rouille.

  1. Appliquer une couche de vernis et une peinture polyester sur l’ossature de la véranda ;
  2. Nettoyer les saletés présentes sur la surface avec un produit non-abrasif.
Catégories
construction et rénovation

Comment transformer un petit espace en appartement fonctionnel ?

Vous disposez d’un espace trop étroit, mais vous souhaitez le transformer en appartement fonctionnel ? Certes, la transformation est difficile à réaliser mais elle est toujours faisable, même avec un espace de 50 m², et ce, que vous soyez locataire ou bien propriétaire. Mais comment faire ? Pour obtenir un appartement fonctionnel, agréable et ergonomique, découvrez dans cet article 6 différentes astuces d’aménagement malin parmi lesquelles vous pouvez vous inspirer.

Aménagez la hauteur sous plafond de votre appartement

Si vous disposez d’une hauteur sous plafond d’environ 2,5 m ou 3 m ; exploitez cet espace disponible à votre profit.

Pour cela, vous avez le choix parmi 3 solutions possibles :

    • La création de rangements en hauteur pour dégager la surface habitable au sol. Par exemple, vous pouvez mettre en place des étagères de rangements fermés en bois si vous penchez pour le style minimaliste. Mais si vous voulez un style plus pointu, mélangez le bois avec d’autres matériaux et essayez aussi de varier les couleurs.
    • L’installation d’une bibliothèque et d’une échelle design pour un accès facile.
    • L’aménagement d’une mezzanine qui nécessite au moins une hauteur sous plafond de 4 m. La mezzanine peut accueillir votre lit pour vous faire gagner quelques m² de plus en dessous.

Quel que soit votre choix, vérifiez que les murs et les cloisons sont assez solides pour supporter des charges lourdes. Pour être plus sûr, faites appel à des professionnels.

Exploitez les recoins et les espaces perdus en intérieur

Dans un petit appartement, il existe de nombreuses zones inexploitées. Alors qu’elles peuvent être décorées et employées comme des espaces fonctionnels à part entière. Pour ce faire, utilisez votre créativité.

Ainsi, vous pouvez aménager l’un des angles de votre pièce de vie pour en faire un petit bureau d’appoint.

Vous pouvez également utiliser le long de votre couloir comme dressing ou y installer un mobilier servant de range-chaussures.

Par ailleurs, si vous disposez d’une entrée, faites-en un espace dédié au rangement en y mettant en place des patères, des étagères ou bien une petite console.

Optimisez la praticité de votre salle de bains

Un petit appartement est toujours synonyme d’une petite salle de bains. Ainsi, il est primordial de la rendre la plus pratique possible.

Pour y arriver, évitez de choisir une baignoire, mais préférez plutôt une douche avec 100 cm de largeur et 70 cm de profondeur. À cela, vous pouvez ajouter un meuble-lavabo suspendu pour libérer l’espace au sol.

En termes de toilettes, optez pour un WC sanibroyeur, qui est adapté au petit espace.

Optez pour un mobilier multifonction

L’utilisation d’un mobilier multifonction réduit les risques d’encombrement et de désordre qui font paraître une pièce plus petite qu’elle ne l’est déjà.

Polyvalent, le mobilier multifonctions s’adapte à plusieurs situations. Par ailleurs, il offre des possibilités de personnalisation. Il est aussi plus économique à l’achat en vous évitant d’acheter plusieurs meubles.

Le meuble multifonction le plus populaire est le canapé-lit convertible. Si vous souhaitez en acquérir, veillez à ce que l’épaisseur atteigne au moins les 14 cm et que la densité du matelas affiche au moins 30 kg/m³. En optant pour le canapé-lit convertible, vous avez l’embarras du choix entre de nombreux modèles dont certains sont très designs et agréables.

Il existe d’autres exemples de mobilier multifonctions, comme l’armoire-cloison, le meuble-bar de cuisine, la bibliothèque faisant office de bureau, l’ottoman qui peut servir de table basse, de commode ou de table de chevet, et d’autres encore.

Misez sur des meubles escamotables

Les meubles escamotables adoptent un principe simple : ils sont facilement accessibles au moment où vous en avez besoin. Le reste du temps, lorsqu’ils ne sont pas utilisés, ils sont dissimulés pour éviter tout encombrement.

Ils constituent un allié de taille pour l’aménagement d’un petit appartement. À titre d’illustration, il y a entre autres, les tiroirs intégrés sous le sommier, le lit rabattable ou mural, la penderie extensible, le bureau pliable, la table murale rabattable et la cuisine équipée cachée dans un placard.

Catégories
revêtement de sol

Conseils pratiques pour rénover les joints de carrelage

Au sol comme au mur, les joints de carrelage sont exposés aux chocs et aux éclaboussures, surtout dans la salle de bains et dans la cuisine. Lorsque ces joints sont ternes, l’aspect du carrelage devient moins esthétique. La solution ? Pensez à les rénover. Voici quelques conseils pratiques pour un résultat impeccable.

Nettoyer et gratter les joints de carrelage

Les produits ménagers utilisés dans la cuisine s’associent au tartre pour former des dépôts de salissure qui évoluent en traces sombres sur les joints de carrelage. D’un autre côté, il y a l’humidité qui se transforme en moisissures. C’est l’épreuve du temps. Il existe différentes méthodes pour redonner aux joints toute leur esthétique et leur étanchéité. La plus simple est de les nettoyer et de les gratter. En effet, il suffit parfois de faire un nettoyage en profondeur pour redonner au carrelage son charme d’antan. Pour ce faire :

– Nettoyez efficacement les joints noircis à l’aide des produits d’usage quotidien (vinaigre, liquide vaisselle, eau de javel…) ou d’une formule spéciale. Éliminez au maximum toutes les traces de moisissures ou de salissures. Attendez le séchage complet avant d’entamer les travaux de rénovation. Le temps de nettoyage et les efforts nécessaires dépendent du niveau d’encrassement et de la méthode appliquée (nettoyage à l’aide d’un chiffon imbibé d’un produit, pulvérisation ou badigeonnage…). La solution la plus pratique et la plus efficace consiste à pulvériser un produit spécial anti-moisissures, puis à essuyer les joints à l’éponge après l’avoir laissé agir quelques minutes.

– Les anciens joints peuvent également s’effriter et présenter des creux. Dans ce cas, il faudra les gratter afin de recréer l’espace entre les carreaux, comme dans la pose de carrelage neuf. Retirez les joints abîmés le plus en profondeur possible. Selon la largeur des joints et la dureté du mortier mis en œuvre, le grattage s’effectue manuellement (à l’aide d’un grattoir à déjointer) ou de façon mécanique. L’outil le plus pratique pour effectuer cette opération est la meuleuse d’angle dotée d’un disque diamanté. Attention ! L’utilisation de cet outil agressif à grande vitesse de rotation exige une grande dextérité. N’oubliez pas de porter les accessoires nécessaires pour vous protéger des poussières et des éclats de carreaux. Privilégiez le grattoir électrique si la surface à rénover est importante. Après grattage, dépoussiérez les joints et la pièce. Nettoyez ensuite le carrelage avec une serpillière ou une éponge humide.

Jointer les carreaux

Dans certaines situations, il faut procéder au jointoiement global des carreaux. La solution la plus facile est d’utiliser une pâte à joint prête à l’emploi en tube. Pour réaliser l’opération, procédez comme suit :

– Positionnez le tube à la surface où se trouvent les joints à rénover ;

– Appliquez la pâte de façon uniforme, en exerçant une pression régulière sur le tube ;

– Retirez le surplus de pâte en utilisant une raclette ;

– Frottez bien la surface à l’aide d’une éponge.

Outre la pâte à joint, il est également possible d’utiliser un mortier de jointoiement en poudre de la couleur souhaitée. Dans ce cas, mélangez le mortier en poudre avec de l’eau dans un bac tout en respectant le dosage préconisé par le fabricant.

Le procédé est simple :

– Appliquez le joint directement sur les carreaux à l’aide d’une spatule ou d’une truelle ;

– Étalez le joint avec un platoir par des mouvements diagonaux pour combler toutes les surfaces ;

– Laissez le joint sécher quelques minutes et passez le platoir de nettoyage très doucement sur les surfaces traitées afin de retirer tous les résidus de joint ;

– Nettoyez l’excès de mortier avec une éponge imbibée d’eau claire et bien essorée. Utilisez un kit bac à joints, très pratique pour cette opération.

Catégories
fenêtres

Focus sur la fenêtre de toit intelligente

Les fenêtres sont un point clé en termes de performance énergétique et de confort. C’est aussi le cas des fenêtres de toit intelligentes. A part avoir le rôle d’une fenêtre traditionnelle, elles permettent de gérer la lumière, réguler la température intérieure, optimiser des apports solaires… Ce sont un véritable allié du confort intérieur. Dans cet article, vous allez découvrir 2 points à connaître concernant la fenêtre de toit intelligente.

Catégories
Travaux

Bardage en bois : avantages et coût

Pour obtenir une façade à la fois décorative et pérenne, le bardage en bois est une belle option. Il présente des avantages indéniables grâce à la qualité du bois. Le prix du bardage en bois variera en fonction du type de bois utilisé. Pourquoi choisir le bardage bois et combien faut-il prévoir pour réussir le projet. Les réponses ci-après.

De bonnes raisons de choisir le bardage en bois

Que ce soit en neuf ou en rénovation, le bardage en bois vous permet de :

  • personnaliser l’esthétique de la façade

Disponibles en plusieurs essences et pouvant être peint à souhait, le bois va habiller la maison de manière sublime. Il va mettre en valeur le style architectural du bâtiment en choisissant la teinte parfaite. Il suffit de bien choisir le type de bois et la peinture de votre choix pour un rendu satisfaisant.

NB : le bardage en bois permet également de cacher les imperfections des murs camouflant leur vieillissement et l’usure du temps.

  • améliorer l’isolation de la façade

Comme le bardage est souvent fixé sur un isolant et non directement aux murs, sa pose constitue un moyen efficace pour optimiser les performances d’isolation thermiques qu’acoustiques de la façade. Optez pour l’isolation thermique par l’extérieur pour minimiser les travaux et obtenir de bons résultats.

  • optimiser la durabilité de la façade

Résistant et étanche, le bardage en bois fait office de dernier rempart de la façade contre les multiples intempéries dues au climat, les UV ou bien le ruissellement des eaux de pluie. Plus encore, il protège des effets néfastes des pollutions atmosphériques (vent marin) ou biologiques (pollution urbaine) ou bactériologiques favorisant l’humidité (mousses, lichens…).

Le prix du bardage en bois

Le budget nécessaire pour le bardage en bois va dépendre du type de bois choisi. En moyenne, il va coûter environ 80 €/m².

À cela s’ajoute le coût du :

  • traitement du bois (lasure, vernis, huile…),
  • surface à couvrir,
  • accessibilité au chantier,
  • main-d’œuvre, etc.

Type de bois

Prix moyen au m²

Mélèze

25 à 50 €

Douglas

20 à 45 €

Chêne ou châtaignier

35 à 85 €

Sapin, pin ou épicéa

20 à 55 €

Cèdre, bois massif

50 à 100 €

Bois exotique

50 à 150 €

Contreplaqué

110 à 160 €

Bois thermotraité

40 à 100 €

Comment avoir un bardage bois au bon prix ?

    • Le prix du bardage bois étant dépendant particulièrement de l’essence de bois qui le compose, il faut optez pour le bon bois. Choisissez-le en fonction de son aspect, de sa qualité et de sa durabilité. Ne négligez pas non plus son coût d’entretien.
    • Une pose d’isolation en ITE est la meilleure technique pour réaliser des économies sur le long terme. Le prix d’un bardage en bois, si conséquent soit-il, sera vite rentabilisé, grâce à ce type d’isolation.
    • Souscrire aux aides est une autre façon de ne pas regretter d’avoir investi sur un bardage bois, au prix parfois conséquent. C’est le choix d’une isolation thermique par l’extérieur qui vous en fera notamment bénéficier.
    • N’hésitez pas non plus à demander un devis précis et clair à un professionnel de confiance tel que l’entreprise A.C.E Construction. Spécialisée dans la construction dans la Guadeloupe depuis des années, l’équipe saura vous proposer un budget adapté à vos moyens. Elle vous conseille le type de bois qui vous convient et saura également vous satisfaire à travers des travaux de pose soignés si vous l’engagez. Sa zone d’intervention s’étend dans toute la Guadeloupe : Les Abymes, Le Lamentin, Deshaies…
Catégories
piscine

Tour de piscine : comment l’habiller ?

A l’approche de l’été, on se pose souvent la question de comment aménager les abords d’une piscine, comment les moderniser pour avoir un joli rendu ? Pour pouvoir répondre à cette question, nous allons tout d’abord, définir ce qu’est le tour de piscine. Il désigne le revêtement autour de la piscine qui assure non seulement la beauté et l’esthétique, mais aussi la sécurité. Il existe plusieurs idées de décoration, plusieurs choix de matériaux et d’accessoires à utiliser, en fonction des besoins et des préférences de chacun. pour faire un devis. Néanmoins, ces matériaux peuvent avoir ces avantages mais également ces inconvénients.

Le béton

Le béton est connu pour son esthétique à la fois moderne et épuré. Il permet d’avoir un rendu homogène et très tendance pour le tour de piscine. C’est un matériau résistant, qui n’est pas glissant et qui maintient efficacement la fraîcheur.  Il est également considéré comme un matériau très performant. Cependant, en termes d’inconvénient, il reste assez cher en comparaison avec les autres matériaux.  De par son poids, il est également assez difficile à installer, ce qui nécessite l’aide d’un professionnel. Une large palette s’offre à chacun, à vous de faire le vôtre !

Le bois

Le bois est idéal pour les piscines se trouvant à proximité d’un jardin. C’est un matériau à la fois simple et confortable. Il donne aux abords d’une piscine un aspect naturel et élégant, qui s’accorde parfaitement avec l’ensemble du jardin. Le bois est également un matériau indémodable, facile d’accès sur le plan budgétaire, et très agréable de par sa texture.  Par ailleurs, le bois est très sensible aux conditions climatiques, ce qui peuvent notamment abîmer sa couleur au fil des années. Pour cette raison il a besoin d’être entretenu de manière régulière.

La pierre

La pierre est l’une des revêtements de tour de piscine les plus répandu. Elle a la particularité d’être un matériau robuste, résistant aux chocs, tout en ayant des aspects variés en fonction des couleurs, des motifs, des formes et des créations. Il existe plusieurs types de pierre, dont la pierre naturelle et la pierre reconstituée, qui amènent un esthétique chic et élégant.  Comme le béton, il reste assez cher par rapport aux autres matériaux, et son installation est également assez difficile et nécessite l’intervention d’un professionnel.

Le carrelage

Le carrelage est un matériau à la fois simple, esthétique, ordinaire et performant. Il donne un aspect élégant et frais aux abords d’une piscine.  C’est un matériau très facile d’entretien avec une multitude de choix de revêtement, notamment, les formes, les couleurs et les dispositions. Son principal inconvénient est au niveau de la sécurité. Ayant une propriété lisse et glissante, le carrelage peut être très dangereux. Il est nécessaire d’investir dans un traitement anti-dérapant, ou d’un carrelage spécial plage pour éviter les chutes. La pose du carrelage peut être effectué par soi-même, mais pour avoir une pose de qualité, et pour assurer la sécurité il est possible de demander l’aide d’un professionnel.

Le composite

Le composite est un matériau étanche et moderne, qui offre un revêtement unique aux abords de la piscine. Il est composé de bois et de plastique, ce qui le place parmi les matériaux les plus accessibles du marché.  Le composite est très tendance et propose un très joli rendu décoratif. Il peut facilement imiter le tour de piscine en bois. De ce fait, il possède également les mêmes inconvénients que le bois, par rapport à sa résistance, aux intempéries et son besoin d’entretien régulier.

Choisir son tour de piscine n’est pas une tâche facile. Il faut prendre en compte plusieurs éléments avant de faire son choix : l’aspect, les matériaux, les formes, le prix, l’entretien et surtout la sécurité.

N’hésitez pas à aller sur le site NUANCESBOIS – PAU pour faire votre devis.

Catégories
revêtement de sol

Nos conseils pour réussir l’application de la résine sur un sol en carrelage

Le choix du revêtement de sol est une étape indispensable de la construction. Certains optent pour le parquet, tandis que d’autres penchent pour l’utilisation du carrelage. Pour ce second choix, il est possible d’optimiser la finition pour améliorer le style de la décoration. L’application de résine sur le carrelage du sol constitue une alternative pour renforcer le matériau de revêtement. Voici quelques conseils dont vous devez tenir compte pour réaliser ce type d’opération. Toutefois, il est avant tout préférable de donner quelques généralités sur la résine décorative.

La résine : qu’est-ce que c’est ?

La résine désigne une substance utilisée comme liant pour unifier différentes particules. Elle a une apparence similaire à celle de la colle, pourtant les fonctions ne sont pas les mêmes. Malgré son potentiel adhésif, la résine est un produit polymère qui sert souvent de base pour la fabrication d’objets. Elle peut également être utilisée comme matériau de finition comme les vernis ou les mousses de polymère. En effet, il est possible d’en recouvrir une surface pour optimiser la résistance du revêtement et pour améliorer l’esthétique. D’une part, la résine séchée contribue à l’unification et à la brillance de la surface sur laquelle elle est appliquée. Il est même possible de teindre la résine pour donner plus de couleur. D’autre part, l’application de la résine sur le sol protège le matériau de revêtement et renforce sa solidité. Cela évitera que votre carrelage ne se casse sous la pression d’objets lourds.

Les étapes pour appliquer de la résine sur du carrelage

Afin de maximiser le confort au sein d’une maison, il est possible d’engager des professionnels pour effectuer les travaux délicats. En ce qui concerne l’application de la résine sur le carrelage, l’opération est incluse dans la prestation si vous engagez un carreleur pour la pose des carreaux. Toutefois, il est possible de le faire vous-même. Voici comment vous devez procéder.

Le choix de la résine

Il existe divers types de résine sur le marché, et ce, en allant de la résine naturelle aux produits synthétiques. Pour une utilisation sur du carrelage, la résine époxy est la plus courante, car elle permet d’ajouter des couleurs à votre demeure. Même si ce n’est pas une substance naturelle, elle contribue grandement à la résistance de votre revêtement de sol. De plus, ce type de résine optimise la qualité antidérapante du carrelage. Toutefois, s’il s’agit d’une utilisation extérieure, la résine polyuréthane est plus appropriée, car elle peut résister aux différents changements de température.

La préparation de la résine

La résine pour le carrelage est composée de deux éléments fournis dans deux boîtes distinctes, dont l’une contient la résine et l’autre renferme un durcisseur. De ce fait, il faudra le mélanger pour obtenir le produit à appliquer. Pour ce faire, il est conseillé de recourir à une balance afin de respecter les doses précises. Utilisez un autre récipient pour faire le mélange et versez la résine en premier, selon la quantité dont vous avez besoin. Il est préférable de choisir un chiffre rond pour faciliter la précision du dosage. Vous devez ensuite calculer la quantité du durcisseur en vous référant à la notice d’utilisation. Mélangez ensuite le tout et remuez bien dans tous les sens pendant quelques minutes pour garantir l’homogénéité de votre résine. N’hésitez pas à ajouter la teinte de votre choix, si vous choisissez une option colorée.

La préparation de la surface

Il est impératif de bien nettoyer le carrelage de votre sol afin d’assurer la fixation de la résine. Il faut bien laver votre sol et ne pas hésiter à recourir à des produits pour un nettoyage en profondeur. Il est même possible de poncer le carrelage pour optimiser l’adhérence de la résine. Il faudra enfin rincer à l’eau claire et vérifier s’il y a encore des résidus de saleté. Notons que cette étape est indispensable, car les taches laissées sur les carreaux resteront gravées sur votre sol après l’application de la résine.

L’application proprement dite

Pour garantir la qualité de la réalisation, il est préférable de travailler à une température d’environ 20° C. Cette condition est indispensable pour éviter que votre résine sèche trop rapidement, sauf pour la résine polyuréthane. À l’aide d’un rouleau à mousse, vous devez alors appliquer votre produit en deux couches. La première constituera une protection pour le carrelage et la seconde couche consistera en une phase de finition qui optimisera la qualité esthétique. Notons qu’il est important de veiller à un temps de repos approprié entre les deux couches. Référez-vous à la notice d’utilisation pour connaître le délai convenant au produit utilisé.

Catégories
construction et rénovation

Carrelage cassée : comment la réparer ?

Bien que quelques fois nous ne nous en rendons pas compte, un simple carreau cassé sur le sol suffit pour gâcher l’apparence d’une pièce dans la maison, notamment, celle de la cuisine ou du salon. En effet, l’ébréchure dégage un rendu très déplaisant aux yeux, ce qui risque de vous gêner en présence d’invités. Plusieurs causes peuvent provoquer une cassure au niveau du carreau. Cependant, il est tout à fait possible de réparer ces petits impacts, ou fêlures, sur le revêtement de votre sol avec des actions simples. Dans les lignes ci-dessous, retrouvez avec nous, en quelques étapes simples et propres, comment réparer un carrelage cassé. Tenez-vous prêt, c’est parti !

Préalables

Pour réparer le carrelage cassé dans votre maison, vous n’avez pas à refaire tous les carreaux de la cuisine, du salon, ou de la pièce concernée. Vous pouvez faire facilement la réparation avec de la colle. Avant de commencer, faites en sorte que le matériel nécessaire à la réalisation du travail soit au complet : colle, chiffon, pistolet à colle ( si nécessaire).

01. Nettoyez les pièces

Pour réparer le carrelage cassé, commencez tout d’abord par nettoyer la pièce concernée. Enlever toutes traces de ciment ou de poussière, dans un premier temps sur le dessus du carrelage cassé et dans un autre temps, en dessous du morceau décomposé du reste du carrelage. Une fois le nettoyage terminé, essuyez les carreaux avec un mouchoir ou un chiffon, puis passez l’aspirateur dessus pour vous assurer que la surface est belle et bien propre. Le but de cette démarche est de tout simplement faire en sorte que les surfaces soient suffisamment propres et que la colle puisse s’appliquer facilement. C’est également pour rendre le plan de travail attractif mais pas repoussant.

02. Humidifiez le carreau

Après avoir nettoyé la pièce ou les pièces concernées, continuez la réparation en humidifiant légèrement le carreau du carrelage cassé, ainsi que le sol, avant d’appliquer le produit (la colle). Cette humidification a principalement pour but d’apporter plus d’adhérence à la colle.

03. Appliquez le produit

Une fois que le carreau concerné et le sol sont bien humidifiés, appliquez de la colle multi-usage en grande quantité sur la surface inférieure (en dessous) du carreau cassé. Pour garantir suffisamment l’adhérence, étalez la colle en zigzag sur la surface du carreau cassé.

04. Maintenez le morceau de carreau en position

Après avoir étalé la colle, avant d’appuyer fort pour coller et joindre le morceau cassé au reste du carreau, veillez à ce que le morceau cassé en question soit parfaitement aligné avec l’autre morceau du carreau. De ce fait, maintenez un coin du carreau en position et alignez-le délicatement avec l’autre morceau. Maintenez le tout quelques secondes pour être sûr que le carreau de carrelage cassé à réparer est bien placé, puis appuyez fort pour que les deux morceaux se joignent parfaitement.

05. Retirez l’excédent de colle

Après avoir replacé le carreau, il ne vous reste plus qu’à enlever tout excédent de colle sur le dessus du carrelage avec un chiffon humidifié, avant que la colle ne sèche. Le tout terminé, laissez la partie réparée sécher pendant 24 heures puis le lendemain admirez votre travail ! Vous serez surpris de voir le résultat car votre carrelage donnera l’impression d’avoir été toujours intact.

Maintenant que vous savez comment vous y prendre, vous n’avez plus à enlever les carreaux cassés pour refaire complètement le carrelage de votre maison ou de la pièce concernée. Quelques actions suffisent pour que le carrelage redevienne comme neuf. Sur ce, nous espérons que ce petit partage vous a plu et nous vous donnons rendez-vous à très vite pour de nouveaux sujets !

Catégories
Travaux

Installer des sonotubes : comment procéder ?

Dans le cadre d’une construction, le béton est souvent utilisé à diverses fins. En raison de sa qualité, mais également de sa modélisation facile, il est utilisé soit pour les fondations, soit pour la décoration. Cependant, peu de particuliers savent que ce matériau est aussi idéal comme support de charge. De forme cylindrique, leur fonction principale est de supporter de lourdes charges en BTP. Raison pour laquelle, les professionnels se servent des sonotubes pour couler le béton. Mais comment les installer ?

 L’installation de sonotubes : quels préjugés ?

Contrairement à divers autres travaux de maçonnerie, l’installation de sonotubes n’est pas l’apanage des professionnels. Facile à installer, toute personne ayant de bons outils et possédant un minimum de compétence en matière de travaux manuels peuvent facilement y arriver. Cependant, pour votre sécurité et celle de votre entourage, il est plus recommandé de faire appel à un entrepreneur avec de l’expérience pour effectuer cette tâche.

Besoin d’aide ? Contactez directement l’entreprise PRODUITS DE BETON ! Ils sont à même de vous aider dans tout projets de construction.

L’installation des sonotubes : comment faire ?

Pour mettre en place des sonotubes, il suffit de suivre à la lettre les 3 étapes suivantes :

 1er étape : le conditionnement du tube 

Pour l’installation :

  • Commencez d’abord par disposer le sonotube à l’endroit exact où vous allez construire. Selon la profondeur du tube, creusez le sol pour bien la positionner ;
  • Placez-le consciencieusement dans le trou. Si possible laissez-le dépasser de 20 cm de la surface du sol, afin de l’immobiliser ;
  • Enduisez et remplissez l’intérieur du sonotube avec un agent de démoulage.

À noter que, selon la loi, toutes les formes de béton devraient être renforcées par un arrêt en bois ou en métal pour empêcher la forme de bouger ou de se déplacer. L’abstraction à cette réglementation est sujette à des amandes sévères.

2ème étape : la coulée du béton

Cette étape consiste à faire couler délicatement le béton dans le sonotube. Cependant, avant de débuter la coulée, placez d’abord un vibrateur au fond du dispositif pendant environ 20 secondes. Cet appareil a pour objectif d’éliminer les poches d’air du béton coulé. Attention, durant tout le processus, le vibrateur ne doit aucunement toucher l’intérieur du tube. Une fois le délai de 20 secondes écoulé, retirez-le délicatement.

Par ailleurs, sachez :

  • qu’il ne faut jamais faire vibrer le béton à l’extérieur d’un sonotube, car le risque est assez élevé au niveau de la sécurité des ouvriers ;
  • qu’il faut suivre la quantité d’eau dans le béton pour ne pas entacher la performance de votre structure.

3ème étape : le retrait des tubes

Pour certains travaux de gros-œuvre ou de sous-œuvre, les tubes sont à retirer dans un délai bien précis et bien défini. D’habitude, cela varie de 24 heures à cinq jours après le versement de la coulée, mais cela dépend de plusieurs critères. Un conseil : pour réussir à enlever les tubes, dépouillez les formes de colonnes en tranchant le pied supérieur de la forme à l’aide d’un couteau, puis suivez en spirale la forme de la colonne en béton.

L’installation des sonotubes : quelles erreurs éviter ?

Pour éviter de déformer ou de réduire la durabilité de la construction finale :

  • Choisissez le matériau de construction de votre sonotube avec soin (en papier ou en carton). Si vous hésitez, demandez l’avis d’un professionnel ;
  • Effectuez les travaux en évitant de sauter les étapes. Le respect des guidelines est vital ;
  • Planifiez tout avec l’appui d’un expert du BTP si votre connaissance terrain est minime.