Catégories
Isolation

Isolation de maison : 4 bonnes raisons d’opter pour la laine de chanvre

Vous n’êtes pas toujours obligé d’utiliser la laine de verre pour les travaux d’isolation de votre maison. En effet, il existe d’autres alternatives, comme la laine de chanvre. Ce matériau est à la fois plus résistant, plus écologique et plus performant. Mais pourquoi l’utiliser ? Dans cet article, on va vous donner toutes les bonnes raisons d’opter pour la laine de chanvre pour bien isoler votre logement.

Catégories
Isolation

L’ouate de cellulose : un isolant écologique

En termes d’isolant écologique, l’ouate de cellulose est très plébiscitée. Elle possède des qualités intrinsèques pour améliorer et maintenir le confort thermique et phonique d’une maison. Pour apprendre davantage sur ce type d’isolant, lisez l’article qui suit !

Composition

Souvent connue sous le nom d’« isolant de cellulose », l’ouate de cellulose est composée :

    • de 15 % de minerais ;
    • de 85 % de journaux recyclés ou de carton : le papier couché est à proscrire. En effet, il est trop écrasé pour permettre d’isoler et d’emprisonner l’air. Afin d’offrir une excellente performance en termes d’isolation, les papiers ou carton sont mélangés avec des adjuvants lors du broyage.
    • de polyphosphate d’ammonium : d’après les idées reçues, « l’utilisation du bore dans un isolant classé écologique ne collait pas à l’image ». De ce fait, les fabricants ont cherché des nouvelles alternatives et se sont retournés vers le polyphosphate d’ammonium, un adjuvant de substitution. Or, celui-ci émet une forte odeur d’ammoniac pouvant dépasser les seuils autorisés. En se rendant compte de ce désagrément et du risque sanitaire avéré, le CSTB et la CCFAT ont ré-autorisé l’utilisation du sel de bore.
    • de sel de bore : bien qu’il il présente des risques de reprotoxicité, il est l’adjuvant traditionnel utilisé dans la fabrication de l’ouate de cellulose. Il est très utilisé du fait qu’il est retardateur de flamme. Il est également bio-soluble, bactéricide, non volatile et hygroscopique. À travers ses qualités pouvant présenter des risques sanitaires, le sel de bore est classé dans « la directive Reach ». Celle-ci détermine les classes d’emploi du sel de bore et les dosages autorisés (5,5 % au maximum).

Fabrication

Voici le procédé de cette fabrication :

    • Le pré-broyage ou pré-cassage des blocs de journaux via une machine du même titre que les concasseurs de cailloux. Il consiste à réduire ces derniers en blocs suffisamment petits afin de les introduire dans l’un de ces moulins : à marteaux, centrifuges ou à plateaux.
    • La pulvérisation du papier en le frappant avec des masselottes.

L’ouate de cellulose est un isolant qui est obtenu à partir du recyclage papetier (déchets de coupes de papier neuf d’imprimerie, journaux, livres, etc.). Le procédé consiste à broyer les papiers récupérés afin d’obtenir des fibres de celluloses. Celles-ci vont ensuite être mélangées avec de l’eau. On obtient ainsi une pâte diluée qui sera malaxée avec des produits de traitement. L’utilisation de ces produits permet à l’ouate de résister aux rongeurs, aux insectes, aux moisissures et aux insectes. Puis, cette pâte est répartie sur une large toile.

Caractéristiques

L’ouate de cellulose est disponible en vrac, en panneaux ou en flacons. Elle présente de nombreuses qualités. C’est un matériau qui est:

    • respectueux de l’environnement ;
    • sain ;
    • naturel, écologique et renouvelable.

Elle permet d’avoir une isolation thermique et acoustique performante. Il existe 3 types d’isolation en ouate de cellulose :

    • l’isolation par insufflation en toiture ;
    • l’isolation par insufflation de mur ossature en bois ;
    • l’isolation par soufflage de comble perdu.

Si vous souhaitez avoir le confort en matière d’isolation, faites appel à une entreprise spécialisée dans l’utilisation de la ouate de cellulose.

Prix

Le coût de la pose de l’ouate de cellulose varie en fonction de :

    • l’artisan qui prend en charge tous les travaux ;
    • la main d’œuvre ;
    • du support à isoler ;
    • l’accessibilité de la pièce à isoler ;
    • du type d’ouate de cellulose et de l’épaisseur souhaitée ;
    • la méthode utilisée.

En général, le tarif au mètre carré est entre 25 euros et 35 euros. Pour l’isolation par :

    • insufflation :
      -de mur ossature bois, le tarif est entre 20 euros à 30 euros par m² ;
      -en toiture, il faut prévoir entre 30 euros à 35 euros pour le m².
    • soufflage de comble perdu, le prix est entre 25 euros et 30 euros par m².

Lire également : comment rénover une vieille porte en bois ?

Catégories
construction et rénovation Isolation Menuiserie Rénovation Toiture Travaux

Tout savoir sur le courtier en travaux

Vous désirez réaliser des travaux, mais vous ne voulez pas vous consacrer à la recherche des entreprises ? C’est pour cela qu’il existe le courtage. Qu’il s’agisse de trouver le bon artisan pour effectuer des travaux de construction, d’aménagement ou de rénovation, c’est à cela que s’attèle le courtier en travaux. Cet article vous renseigne donc davantage sur ce métier.

Quels sont les rôles d’un courtier en travaux ?

Le courtier en travaux met en relation deux intervenants : un client et une entreprise en bâtiment. Toutefois, il peut être sollicité par ces deux acteurs. Il a principalement deux rôles.

Le rôle de maître d’œuvre

Un particulier ou une entreprise peut faire appel à un courtier en travaux pour que ce dernier recherche à sa place des prestataires BTP de qualité. Dans ce cas, le courtier prend le rôle de maître d’œuvre en facilitant et en coordonnant la réalisation des travaux faisant intervenir plusieurs corps de métiers. 

La recherche des clients

Une entreprise de BTP peut aussi avoir recours aux services d’un courtier pour renouveler son portefeuille client. Dans ce cas de figure, le courtier s’attèle à chercher des clients ayant pour projet de réaliser des travaux, dans le but de faciliter le travail des entreprises avec lesquelles il a un accord financier.

Quelles sont les missions du courtier en travaux

Le courtier en travaux a plusieurs missions. Ces dernières dépendront de la personne pour laquelle il travaille.

Lorsque le courtier travaille pour un client

S’il travaille pour un client particulier ou professionnel, le courtier en travaux doit :

  • Identifier toutes les tâches nécessitant l’intervention d’un artisan ;
  • Rechercher et trouver l’artisan adéquat parmi son réseau et vérifier son sérieux ;
  • Présenter les devis obtenus au client ;
  • Obtenir et négocier les meilleurs prix pour son client ;
  • Conseiller sur les normes actuelles à respecter ;
  • Aider à établir un dossier de financement pour décrocher des aides financières ;
  • Superviser les travaux ; 
  • Effectuer des réunions et le suivi régulier et rigoureux du chantier ;
  • Préparer les visites de fin de chantier et de fin des travaux ;
  • Assister son client dans la signature des documents de livraison.

Pour louer votre logement nouvellement construit, vous pouvez en savoir plus avec le dispositif Pinel.

Lorsque le courtier travaille pour une entreprise de BTP

Si le courtier travaille pour une entreprise de BTP, ses missions sont différentes et consistent à :

  • Rechercher des prospects ;
  • Trouver des chantiers ;
  • Faire gagner un temps considérable ;
  • Mettre en relation un prospect et une entreprise.

Comment devient-on un courtier en travaux ?

L’activité de courtage en travaux est une activité professionnelle qui a été régie par une loi gouvernementale. 

Pour devenir courtier en travaux, il n’existe pas une formation officielle et aucun diplôme particulier n’est obligatoire.

Par contre, de solides connaissances en bâtiment sont cependant nécessaires. C’est pour cette raison que de nombreux courtiers en travaux sont issus d’un corps de métier du BTP. 

L’idéal pour exercer ce métier est donc de suivre une formation en métiers de courtage. Par la suite, se spécialiser dans le courtage en travaux grâce aux différentes formations présentes en ligne. L’obtention d’un BTS technico-commercial serait également un atout.

Les compétences requises pour être un bon courtier en travaux

Pour exercer son métier comme cela se doit, un bon courtier doit posséder certaines qualités indispensables.

Il doit rester objectif, impartial, équitable et être une force de proposition.

Un bon courtier en travaux doit posséder des aptitudes commerciales importantes et solides.

Il doit également avoir de bonnes connaissances juridiques et financières, afin d’aider les clients dans le montage de certains dossiers.

Avoir une bonne connaissance du secteur du BTP est nécessaire. 

Il est indéniable pour un bon courtier d’avoir une bonne qualité d’écoute, d’être clair et transparent.

Cliquez ici, pour en apprendre plus sur la loi Pinel.